Journée de lutte contre les violences faites aux femmes

Aujourd’hui le 25 novembre, c’est la journée de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles

En France, les chiffres des violences sont terribles. On les connaît mais il faut les redire : 146 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint en 2019

25 novembre Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Bien sûr, cette journée ne se limite pas à cette violence.  Il y a les mutilations sexuelles (53 000 personnes en France), la prostitution et la traite des femmes, le harcèlement sexuel, les mariages forcés, la lesbophobie, …

Vertigineux. Énorme. On a le tournis … Mais quand on détourne notre regard de la France, la situation n’est pas beaucoup mieux. Tout près de chez nous, en Pologne, elle est même en train de s’aggraver, rendant l’accès à l’IVG quasiment illégal pour les femmes

Ne nous méprenons pas. Les violences contre les femmes sont un problème de société, un échec collectif. Cette violence, dans l’espace public et derrière la porte, c’est notre responsabilité

Ne soyons pas résigné.e.s ! Si le défi est immense, les solutions existent. Parmi elles – et les élu.e.s de VerTou’s n’ont cessé de le répéter – l’action de la commune. Eh bien oui, la synergie de tous les acteurs est indispensable mais c’est l’échelon local au plus près pour aider à accompagner les victimes et faire de la prévention !

Lors du dernier Conseil municipal, nous avons demandé au Maire les mesures qu’il comptait prendre pour lutter contre les violences faites aux femmes et aux enfants

Outre son rappel utile de l’existence d’un logement d’urgence, le Maire évoque une prochaine mise à disposition de lieux de retrait dans certains services publics de la Ville pour que les victimes disposent d’un espace pour s’isoler et solliciter de l’aide

C’est bien, même si c’est flou. Mais la réponse laisse un goût de trop peu (rien sur les enfants) et d’inexactitude

Non Monsieur le Maire

Citad’Elles n’est pas un dispositif d’État et n’est pas financé par Nantes Métropole ! C’est la Ville de Nantes qui a investi et fait vivre désormais ce lieu d’accueil des femmes. Mais oui, vous auriez intérêt à décider d’y apporter le concours de la Ville,  puisque cette structure accueille des femmes de tout le département et réalise un énorme travail de prise en charge

Oui Monsieur le Maire

Rien ne remplacera l’éducation. Et donc la prévention, la sensibilisation, notamment des plus jeunes. Mais sur ce sujet, que fait la Ville de Vertou ? D’autres villes voisines ont financé des associations pour des temps d’intervention dans les écoles et les collèges…

Nous attentons davantage.

Nous resterons vivre à Vertou

Prise de parole d’Yvan LECHEVALLIER à l’ouverture du Conseil Municipal de Vertou

NON    Monsieur AMAILLAND, Monsieur Le MAIRE, les Vertaviennes et les Vertaviens qui dénoncent et s’opposent à l’abattage des arbres du parc de la Sèvre n’iront pas vivre ailleurs

Même si vos pratiques effroyables pourraient nous donner envie de déménager. Mais nous sommes aussi légitimes que vous à vivre ici !

  • Nous resterons vivre à Vertou pour dénoncer vos méthodes en période de confinement, cette façon de faire d’un autre temps, cette façon d’armer vos tronçonneuses et d’ordonner l’abattage de 8 arbres au parc de la Sèvre à la faveur de la nuit, vite fait et sans bruit, en dissimulant le produit de l’abattage dans un terrain proche, sans concertation ni information ni avis à la population.
  • Nous resterons vivre à Vertou pour que la mobilisation et les demandes de vos concitoyens soient prises en compte et relayées
  • Nous resterons vivre à Vertou pour engager votre responsabilité de maire qui s’affranchit du recours gracieux déposé à M Le Préfet de la Loire Atlantique en ce qui concerne le dossier de demande de dérogation au titre de l’article L. 411-2 du Code de l’environnement
  • Nous resterons vivre à Vertou car il est inacceptable de vous laisser bafouer l’article L350-3 du code de l’environnement qui interdit l’abattage des arbres en allée et en alignement
  • Nous resterons vivre à Vertou pour mettre en place un réel dialogue citoyen et faire de Vertou une ville engagée dans l’écologie. Protéger notre cadre de vie, la nature et sa biodiversité́, c’est répondre aussi à l’Urgence Climatique
  • Nous resterons vivre à Vertou pour mettre en place des débats participatifs et ainsi restaurer la confiance de tous en la démocratie. Ainsi la sauvegarde l’environnement et de la biodiversité sera au centre des préoccupations de l’ensemble des élus de Vertou et ainsi répondra aux attentes des Vertaviens et des Vertaviennes
  • Nous resterons vivre à Vertou pour que les arbres que vous voulez abattre soient reconnus comme des êtres vivants et respecter comme tel

Nous, élu.e.s du groupe VerTou’S Ecologie et Solidarité au cœur de la gauche, demandons solennellement :

  1. De stopper tous les travaux d’abattage en cours ou à venir
  2. De transmettre rapidement aux élus de la minorité, aux associations et à tous les Vertaviens et Vertaviennes qui le souhaitent, l’intégralité des dossiers d’aménagement et de développement de la commune dont le parc de la Sèvre et le moulin du chêne
  3. De faire des commissions municipales de réels lieux d’échange et de décisions où l’ensemble des élus pourraient participer et agir sur les dossiers de la commune
  4. D’instaurer une réelle concertation pour que les projets d’avenir de la ville s’inscrivent réellement dans un véritable respect de l’histoire et du patrimoine à laisser aux générations futures

Enfin, la démocratie c’est aussi écouter ses concitoyens ; la grandeur c’est savoir faire marche arrière en renouant le dialogue avec la population pour faire du projet du parc de la Sèvre et du moulin du Chêne une réussite sur le plan écologique en sauvegardant les arbres en place

 

ILS SONT ABATTUS !

Le collectif citoyen VerTou’S par ses 4 élu.e.s dénonce fermement l’abattage cette nuit des arbres du parc de la Sèvre à Vertou

8 arbres abattus au Parc de la Sèvre à VERTOU
8 arbres abattus au Parc de la Sèvre à VERTOU

M Rodolphe AMAILLAND, maire de la ville de Vertou, au couvert de la nuit a fait armer les tronçonneuses des bucherons pour faire abattre 8 chênes des marais  en alignement le long de la Sèvre

Cette méthode agressive montre le vrai visage du Maire de Vertou qui en cette période de confinement :

  • Ne prend pas en compte de la voix de ses citoyen.nes mobilisé.e.s contre l’abattage des arbres, des signataires de la pétition et des Vertavien.nes de tout bord s’exprimant contre cet abattage
  • Profite de la nuit pour faire cette coupe
  • S’affranchit
    • Du retour de M Le Préfet de la Loire Atlantique en ce qui concerne le recours légal gracieux sur le dossier de demande de dérogation au titre de l’article L. 411-2 du Code de l’environnement
    • Du code de l’environnement et de l’article L350-3 qui interdit l’abattage des arbres en allée et en alignement
    • Se moque des élu.e.s de VerTou’S
      • Quand il envoie un mail à 7h54 le 18 novembre signifiant que la décision de commencer aujourd’hui les travaux du parc de la Sèvre alors que les arbres ont déjà été abattus dans la nuit
      • Quand lors de la commission du territoire du 12 novembre dernier aucune information n’est délivrée sur le début des travaux et la mise en place de cet abattage
      • Quand une question orale pour le prochain conseil municipale du 24/11 a été déposée par le groupe VerTou’S sur le devenir des arbres et qu’il commence l’abattage sans en apporter de réponse préalable

Par la voix de M AMAILLAND, nous avons bien noté que chacun est libre d’habiter ailleurs

Nous rappelons que la démocratie c’est aussi écouter ses concitoyens, la grandeur c’est savoir faire marche arrière en renouant le dialogue avec la population pour faire de ce projet une réussite au plan écologique avec la sauvegarde des arbres en place

VerTou’S confirme son soutien à toutes les associations de défense de l’environnement à VERTOU engagées dans la sauvegarde des arbres du parc de la Sèvre dont l’ASEV et continuera d’agir dans leur rôle d’élu.e.s de la minorité

VerTou’S apporte son soutien aux salarié.e.s de la BN

Vertou, le 16 novembre 2020,

Le collectif citoyen VerTou’S apporte tout son soutien aux salarié.e.s de la Biscuiterie Nantaise qui, après que la direction de l’entreprise a annoncé la suppression de 37 postes, ont décidé de bloquer les négociations en cours du plan social devant l’insuffisance des réponses apportées par les dirigeants.

Il soutient l’intersyndicale (CGT-CFE/CGC-CFDT) qui réclame de véritables négociations dans le respect des salarié.e.s et de leurs attentes. Comme les salariés, VerTou’S dénonce la logique d’un groupe dirigeant qui, tout en percevant des millions (3,2) au titre du CICE ou par la vente partielle de l’entreprise, se refuse à investir pour innover et redévelopper l’activité, préférant redistribuer directement aux actionnaires.

La BN est un symbole de notre territoire et doit le rester, pour ses salariés, pour Vertou et pour l’économie de Loire-Atlantique.

 

VerTou’S demande la scolarisation des enfants Roms de Vertou

VerTou’S s’engage sur la question de l’accueil des Roms à Vertou

Depuis mi-mars 2020 une cinquantaine de familles roms est installée dans un bidonville rue de la maladrie. Ils vivent dans une grande misère sociale. Une dizaine d’enfants est toujours scolarisée à Saint Herblain en attente d’un transfert à Vertou.  Les autres enfants mineurs ne sont toujours pas scolarisés.

Des associations sont intervenues sur le terrain pour les aider. Médecins du Monde a fait le suivi santé, notamment Covid et l’Association St Benoit Labre mandatée par les services publics a effectué le suivi social.

Cependant nous ne pouvons admettre qu’une ville qui vient d’obtenir le label Bienveillance éducative ne mette pas tout en œuvre pour scolariser ces enfants qui étaient avant leur arrivée à Vertou scolarisés à St Herblain.

L’obligation scolaire est la règle et les municipalités ne peuvent s’y soustraire ! 

@deleece

 

C’est en ce sens lors du dernier conseil municipal de Vertou que Gilles Mauxion du groupe VerTou’S est intervenu. Ainsi, retrouverez ci dessous, la question orale posée.

 

Monsieur le Maire,

A la fin du mois d’août, la préfecture faisait état de la présence de 51 ménages et de 58 mineurs sur le terrain de la Vertonne occupé depuis la mi-mars par des familles Roms.

Pouvez-vous nous confirmer ces chiffres ?

Pouvez-vous ensuite nous faire un état de la scolarisation effective des enfants, en particulier en primaire, étant donné que ces enfants, scolarisés pour la plupart à Saint-Herblain jusqu’en mars, sont présents sur notre territoire et ont  donc l’obligation d’être scolarisés à nouveau ?

Pouvez-vous d’ailleurs nous informer du sort futur de toutes ces familles ? Nous ne pouvons accepter une énième expulsion dont la finalité n’a pour objectif final que de désinsérer un peu plus une population qui vit déjà dans une grande misère sociale. N’oublions pas le drame qui s’est produit dans notre commune de ce bébé brûlé vif dans la caravane de ses parents, drame que personne ne souhaite  voir se reproduire.

Pour finir, en 2019, Nantes Métropole a versé à chaque commune une somme de 150 000 euros dans le cadre de son programme de résorption des bidonvilles. Pouvez-vous  informer le conseil sur la façon dont a été utilisée cette somme ?

 

En attendant le compte rendu officiel de la mairie, vous pouvez visionner le replay ici (à 2h03) du conseil municipal du 24 septembre où M HELAUDAIS  adjoint au Maire exprime le refus de la  municipalité de scolariser ces enfants sur la commune.

 

VerTou’S continuera à soutenir l’ensemble des défenseurs de l’environnement à Vertou

Les élu.e.s de VerTou’S se félicite de l’abandon d’abattage des 16 arbres quai de la Sèvre à la Chaussée des Moines mail il resteront en alerte en ce qui concerne les 38 arbres du parc de la Sèvre menacés eux aussi d’abattage.

VerTou’S continuera à soutenir les Vertavien.ne.s et l’ensemble des défenseurs de l’environnement à Vertou dans leur rôle d’élu.e.s de la minorité.

Delphine COAT-PROU Yvan LECHEVALLIER Sarah CAQUINEAU Gilles MAUXION

C’est en ce sens qu’hier jeudi 24 septembre lors du conseil municipal de Vertou, le groupe VerTou’S a fait preuve de pugnacité  et a porté haut la voix des Vertavien.ne.s par l’intervention de Delphine COAT-PROU et la question orale d’Yvan LECHEVALLIER.

Ainsi, retrouverez ci dessous, la question orale posée dans le cadre du réaménagement des bords de Sèvre et de la Chaussée des Moines et de l’abattage de 38 nouveaux arbres.

Dimanche dernier avaient lieu les Journées du Patrimoine partout en France.

A Vertou aussi, bien évidemment, visite du centre-ville, découverte du village du Portillon et de ses vignes… Je me suis personnellement rendu sur les quais de Sèvre.

A l’heure du changement climatique, s’il est un patrimoine à sauvegarder, pour ne pas dire à sauver, c’est bien celui de la population des arbres mis à mal par nombre de projets immobiliers ou d’aménagement urbain.

Le dernier en date est bien entendu le projet des bords de Sèvre imaginé en grande pompe pendant plusieurs mois de consultation. De magnifiques arbres, âgés pour certains de près de 80 ans, dont l’état de santé est tout à fait correct pour ne pas dire parfait.

J’insiste sur la santé des arbres car, le 2 septembre, vous annonciez que l’état sanitaire des 6 marronniers et des 10 chênes des marais justifiaient leur abattage.

Par la suite, votre position a évolué puisque dernièrement vous avez dit qu’un seul arbre présentait un danger et un risque sanitaire, mettant à mal toute votre communication pour vous justifier.

Vous savez que l’article L350-3 du code de l’environnement interdit l’abattage d’arbres en allée sauf s’ils sont malades ou présentent un danger pour les personnes.

Nous nous félicitons de l’abandon de cet abattage. Pour autant, pouvez-vous nous assurer de reprendre cette partie d’aménagement dans la plus complète transparence.

Sur ce dossier, nous souhaitons également revenir sur l’historique qui montre que le droit d’accès à l’information des élus sur les dossiers de la commune a été bafoué.  En effet, les élus minoritaires n’ont pas eu accès aux dossiers complets et définitifs de l’aménagement du quai de la Chaussée des Moines.

Petit rappel.

En 2016, la consultation Demain la Sèvre avait débouché sur une constatation : gardons la Sèvre et ses berges les plus naturelles possibles dans un souci écologique fort.

En 2017, un projet d’aménagement d’un quai a été voté à l’unanimité par le Conseil Municipal : un quai repensé, devant les restaurants, permettant une mobilité facilitée pour les piétons et les cyclistes, avec des marches pour le repos des promeneurs. Il n’était nullement question d’abattre des arbres.

Fin août 2020, nous apprenons avec stupeur que 16 arbres sains devaient être abattus en aval de l’écluse.

L’abattage des arbres le long du quai décidé en catimini au 1er semestre 2020 est donc bien révélateur du fonctionnement actuel de la municipalité qui ne tient pas compte des problématiques climatiques actuelles ni de la transparence nécessaire envers les élus minoritaires et les citoyens, citoyennes sur des projets d’une telle envergure.

A ce jour, l’incompréhension et l’indignation s’expriment au travers d’une pétition initiée par quelques Vertaviens rassemblant désormais plus de 8500 signatures.

Votre discours écologique est bien loin de la réalité et de l’urgence climatique. Et tant pis si ça passe pour de l’idéologie je vais le dire : Sur ce dossier, vous ne pouvez ni ignorer les enjeux ni vous cacher derrière une forêt de 5000 arbres !

Monsieur le Maire, pour préserver les arbres et tout l’écosystème environnant, pour montrer que vous entendez le mécontentement de la population, nous vous demandons de suspendre également les abattages prévus au niveau du Parc de Sèvre et d’engager une nouvelle concertation sur le projet définitif d’aménagement de l’ensemble du site.

Monsieur le Maire, je vous remercie de vos réponses.

Le replay du conseil municipal du 24 septembre est  ici

 

 

Le droit d’accès à l’information des élu.e.s sur les dossiers de la commune bafoué à Vertou

L’abattage des arbres de la chaussée est un nouvel exemple du dysfonctionnement de la démocratie dans notre ville.

Les élu.e.s minoritaires de VerTou’S n’ont pas eu accès aux dossiers complets et définitifs de l’aménagement du quai de la Chaussée des Moines.

En 2016, la consultation Demain la Sèvre a débouché sur une constatation :

Gardons-la Sèvre et ses berges les plus naturelles possibles dans un souci écologique fort.

En 2017, un projet d’aménagement d’un quai a été voté à l’unanimité par le conseil municipal : un quai repensé, devant les restaurants, permettant une mobilité facilitée pour les piétons et les cyclistes, avec des marches pour le repos des promeneurs. Il n’était nullement question d’abattre des arbres.

Fin aout 2020, nous apprenons avec stupeur que 16 arbres sains devaient être abattus en aval de l’écluse.  Nous les élus avons demandé au maire de suspendre cet abattage et de reprendre un dialogue avec les pétitionnaires (plus de 6000 en 2 semaines).

L’abattage des arbres le long du quai décidé en catimini au 1er semestre 2020 est révélateur du fonctionnement actuel de la municipalité qui ne tient pas compte des problématiques climatiques actuels.

Cet évènement est aussi révélateur de deux choses :

  1. La consultation citoyenne de 2016 n’a été qu’une mascarade.
  2. Le discours « écologique » du candidat Rodolphe AMAILLAND en mars 2020 ne se concrétise pas en actes : il ne peut se cacher derrière une forêt de 5000 arbres !

Nous demandons à ce que le projet définitif d’aménagement de l’ensemble du site y compris le parc de Sèvre où d’autres abattages d’arbres sont prévus (sans information préalable non plus) soit suspendu et revu en
concertation.

Delphine COAT-PROU

Yvan LECHEVALLIER

Sarah CAQUINEAU

Gilles MAUXION

 

ABATTAGE DES ARBRES : les élu.e.s répondent à vos questions

Projet d’abattage des arbres sur la chaussée des Moines

Le 7 septembre doit débuter le projet de réaménagement de la chaussée des Moines et avec, l’abattage de 16 marronniers et chênes anciens. Beaucoup de questions se posent autour de ce projet qui est loin de faire consensus et contre lequel se bat aujourd’hui VerTou’S !

Qui a décidé de l’abattage des arbres ?

Le projet de réaménagement de la Chaussée a été décidé à la suite de la consultation publique « Quelle Sèvre pour Demain ? » initiée par la Mairie de Vertou en 2016. D’un coût de 8 millions d’euros, l’ensemble du projet est financé par la Mairie (25%), le Conseil départemental( 25%) et Nantes Métropole (50%). Problème, lors des débats publics et dans le projet initial, il n’a jamais été question de devoir abattre ces arbres

Pourquoi les arbres devraient-ils être abattus ?

Les collectivités justifient cet abattage par le fait que certains arbres seraient malades et que le projet pourrait être endommagé, sur le long terme, par les racines des arbres.

Les arbres sont-ils vraiment malades ?

A l’heure actuelle, la Mairie n’a pas encore communiqué aux élu.e.s – qui en ont pourtant fait la demande – l’expertise phytosanitaire des arbres, commanditée par Nantes Métropole. Celle-ci poserait le diagnostic de 5 arbres malades (sur 16) . Plusieurs expertises d’associations et de bénévoles experts semblent contredire ce point ou, a minima, indiqué qu’un abattage n’est de toute façon pas nécessaire au vu de leur état globalement satisfaisant.

Pourquoi certains élu.e.s de Vertou’s ont-ils.elles voté ce projet et se disent opposé.e.s aujourd’hui ?

Comme beaucoup de citoyen.ne.s, les élu.e.s ont été séduit.e.s par ce projet attrayant et qui privilégiait la piétonisation… Mais le projet initial ne faisait alors pas référence à l’abattage de ces arbres !

Que demandent les élu.e.s au Maire ?

De redonner toute sa place à la concertation ! Un nombre important de Vertavien.ne.s est opposé à ce projet, écoutons-les ! Repenser un projet afin de sauvegarder l’environnement n’est pas un échec, c’est du bon sens …

Quelles actions sont prévues ?

Outre le rdv de dimanche 6 septembre, un collectif a décidé de déposer un référé. De leur côté, les élu.e.s de Vertou’s ont demandé au Maire de repousser le début de l’abattage prévu ce lundi et d’organiser une grande réunion publique lundi soir, avec les associations, les riverains et tout.e citoyen.ne se sentant concernant par l’avenir du site.

SIGNEZ LA PETITION

PARTICIPEZ A LA CAGNOTTE POUR FINACER LE REFERE

L350-3 du code de l’environnement interdit l’abattage des arbres en allée

Le code de l’environnement est claIr. abattre des arbres en allée, c’est illégal

Article L350-3 Créé par LOI n°2016-1087 du 8 août 2016 - art. 172
Les allées d'arbres et alignements d'arbres qui bordent les voies de communication constituent un patrimoine culturel et une source d'aménités, en plus de leur rôle pour la préservation de la biodiversité et, à ce titre, font l'objet d'une protection spécifique. Ils sont protégés, appelant ainsi une conservation, à savoir leur maintien et leur renouvellement, et une mise en valeur spécifiques.

Le fait d'abattre, de porter atteinte à l'arbre, de compromettre la conservation ou de modifier radicalement l'aspect d'un ou de plusieurs arbres d'une allée ou d'un alignement d'arbres est interdit, sauf lorsqu'il est démontré que l'état sanitaire ou mécanique des arbres présente un danger pour la sécurité des personnes et des biens ou un danger sanitaire pour les autres arbres ou bien lorsque l'esthétique de la composition ne peut plus être assurée et que la préservation de la biodiversité peut être obtenue par d'autres mesures

Les élu.e.s de VerTou’S ont reclamé l’expertise réalisée à la municipalité sur l’état sanitaire des arbres : pas de réponse

Et bien VerTou’S avec le soutien des citoyens a pris un avis consultatif auprès d’un ancien expert arbre conseil de l’ONF et celle ci confirme un bon état des arbres

Conclusion de Monsieur Denis DENIZOT

Cet alignement ne présente à ce jour aucune raison sanitaire d’être abattu. Une étude plus approfondie permettrait de définir un plan de gestion adapté en adéquation avec la fréquentation du site et la protection des végétaux ainsi que la stabilisation des berges que procure l’implantation de l’alignement.

Une nouvelle plantation qui nécessitera un dessouchage peut avoir pour conséquence la déstabilisation de la berge et mettre de nombreuses années à avoir l’efficacité d’un ancien alignement bien implanté

Lire l’avis consultatif en entier ICI

Continuons la mobilisation citoyenne

VerTou’S soutient les citoyens et se mobilise pour stopper l’abattage des 16 arbres

C’est par une information adressée courant août aux habitants concernés par ce chantier que nous avons découvert  le projet d’abattage de 16 arbres (marronniers et chênes des marais) dans le cadre de l’aménagement du quai de la Chaussée des Moines et du Parc de la Sèvre.

VerTou’S comme nombre de Vertaviens, nous ne pouvons cacher notre stupeur devant cette destruction d’arbres qui, s’ils ne sont pas remarquables, constituent un bel alignement en aval de la chaussée.

Notre stupéfaction est d’autant plus grande que les anciens élus appartenant à notre collectif peuvent attester qu’à aucun moment, ni dans le cadre des réunions de concertation préparatoires, ni dans le document final, ni en commission, ni dans la délibération votée en Conseil municipal, il n’est fait mention de cet abattage.

Le collectif VerTou'S et ses élu.e.s  soutiennent totalement la démarche citoyenne des Vertavien.nes. Un collectif de riverains fait actuellement circuler une pétition pour demander l’abandon de ce projet d’abattage 
Le collectif VerTou'S par ses élu.e.s  a adressé un courrier au maire de Vertou, au président du Conseil départemental et à la présidente de Nantes Métropole  afin d’obtenir une entrevue le plus rapidement possible et réclamer la suspension du projet d’abattage afin de comprendre ce qui motive une telle décision
Le collectif VerTou'S ira samedi 5 septembre au marché de Vertou à la rencontre des Vertavien.nes avec les citoyens pour faire signer la pétition des riverains
Le collectif VerTou'S se mobilisera si rien ne bouge en donnant rendez-vous lundi 7 septembre au matin, pour un rassemblement à l’ouverture du chantier prévu du 7 au 11 septembre

Signer la pétition des riverains 

Télécharger le communiqué de presse