Accueil

VERTOU VERS LA TRANSITION ECOLOGIQUE ?

VERTOU VERS LA TRANSITION ECOLOGIQUE ?

Depuis déjà de nombreuses années, mois après mois, l’actualité nous rappelle l’urgence climatique : températures exceptionnelles, pic de chaleur, tempêtes, problèmes de récoltes, maladies dans les cultures, manque d’eau ou pluviométrie élevée. Tout nous rappelle qu’il est grand temps d’agir et vite.

En ce début d’année, en pleine période de vœux, Monsieur le Maire semble vouloir prendre le sujet à bras le corps. Et annonce que le défi de la performance environnementale sera le défi de l’année. Il fait le choix de l’accélération.

On ne peut que saluer et dire enfin ! Mais il ne faut pas que ces vœux de début d’année finissent comme la plupart des vœux pris en janvier.

Concrètement, il semblerait que la ville va changer de braquet ! Jusqu’à présent, les actions principales et majeures avaient été le renouvèlement de la flotte automobile vers le tout électrique et le passage des éclairages des bâtiments en LED, plus économes. L’an dernier, la revégétalisation des cours d’école était un premier signal !

En 2024, deux grands chantiers d’ampleur débutent :

La rénovation énergétique de l’Hôtel de ville, véritable passoire thermique en été comme en hiver,

– Les études de la 2ème phase de la Route du vignoble avec la part belle promise aux piétons et aux cyclistes. Rappelons que le 1er tronçon avait délibérément oublié les mobilités douces.

Enfin, alors qu’il y a un an déjà, nous avions demandé la sensibilisation des élus et des agents à la problématique du changement climatique, un programme de formation et de sensibilisation avec une mise en action de la collectivité devrait voir le jour ce printemps. Voilà qui devrait amplifier la transition de la collectivité pour le bien de notre belle planète.

Nous serons très attentifs à ce que ces déclarations ne restent pas que des intentions.

2024, écologique et solidaire plus que jamais !

MEILLEURS VŒUX EN CETTE NOUVELLE ANNÉE…

 

Nous vous souhaitons à toutes et tous nos meilleurs vœux en cette nouvelle année.

2023 s’est terminée avec son cortège d’horreurs : l’assassinat de Dominique Bernard, enseignant de français, près de 3 ans jour pour jour après celui de Samuel Paty, l’attentat du Hamas le 7 octobre enlevant des vies et prenant des otages, suivi de représailles sur Gaza qui touchent femmes, enfants et vieillards en grande majorité.

Et toujours la guerre en Ukraine, qu’on ne doit pas oublier. L’Ukraine a sa place dans l’Europe, car l’Union européenne est là aussi pour protéger. N’oublions pas qu’elle s’est faite après la seconde guerre mondiale pour préserver la paix après tant de guerres.

Nous déplorons aussi des naufrages de migrants, souvent poussés vers l’exil par des conflits chez eux ou des catastrophes climatiques.

Tous ces évènements montrent combien nous sommes dépendants les uns des autres.

Aussi, plus que jamais, 2024 doit être placée sous le signe de la solidarité : avec les femmes et les enfants d’Israël et de la Palestine, avec ceux qui font percer la lumière et la connaissance au quotidien, en classe.

Solidarité face aux urgences climatiques qui touchent le Monde : inondations, feux, tempêtes…

Solidarité pour les plus précaires.

Que 2024 soit plus solidaire que 2023 !

Le Débat d’Orientation Budgétaire à Vertou : un bel exercice d’élocution pour la majorité municipale

Le Débat d’Orientation Budgétaire

Lors du dernier Conseil municipal, Mr Christian Corbeau, membre de la majorité municipale, nous a présenté le Rapport d’Orientation Budgétaire 2024, traditionnel exercice de fin d’année suivi d’un débat que la loi impose aux communes de plus de 3 500 habitants.

L’adjoint aux finances nous a exposé les actions à venir. De 2024 à 2026, 30,4 M€ d’investissements sont prévus : groupe scolaire Simone Veil, nouvelle cuisine centralisée, nouveaux équipements sportifs... D’autres projets sont financés par les partenaires de la ville (Métropole, Département, Région) : le futur lycée, l’aménagement du boulevard Guichet-Serex, l’entrée de la Route de Clisson, le quartier de la gare, le prolongement du Busway, la passerelle du Pont-du-Chêne, la route du vignoble).

« Malgré la crise actuelle : inflation, énergie, plus de besoins… Notre conviction est d’accélérer les nombreux projets en engageant une démarche de performance. Il faut innover. »

Notre groupe, par la voix de Delphine Coat-Prou, exprime sa perplexité quant à la présentation de cette nouvelle orientation budgétaire. Nous avons l’impression que derrière les notions de performance publique et d’accélération du processus de transformation, il y a un peu d’esbroufe. Par rapport au programme présenté pour la ville, les choses traînent à Beautour. Concernant le quartier de la gare, la seule ambition de la majorité municipale est de demander à des étudiants de sociologie de questionner les habitants, ce qui est un peu court. L’urgence climatique est là et malgré les travaux de rénovation énergétique prévus pour l’Hôtel de Ville, nous avons l’impression que la majorité se réfère à un projet de loi présenté comme assez technique pour cacher un manque d’ambition en la matière. Concernant la question du verdissement des dotations d’investissements, derrière ces derniers, il y a un véritable enjeu de développement durable et un enjeu climatique. Nous attendons le vote du budget mais restons perplexes quant à cette phrase : « nous voulons développer les services publics par la recherche de sobriété et d’efficience ». Nous pouvons comprendre le terme d’efficience mais, pour ce qui est de la sobriété, c’est plutôt d’un coup d’accélérateur dont les services publics ont besoin aujourd’hui.

 

Le maire, Rodolphe Amailland, précise :  « On assume ces choix. Avec vous, ce n’est pas assez ou c’est trop. On a demandé un effort à la population en augmentant la taxe foncière, en rappelant que pendant dix années, pas d’augmentation des taux d’imposition et qu’il n’y en aura pas jusqu’à a fin du mandat. La ville est attractive et ne comptez pas sur moi pour qu’elle se replie sur elle-même. »

Pour rappel, au moment du vote de cette augmentation de la taxe foncière, notre groupe s’était abstenu sur cette question, n’étant pas opposé au principe d’une augmentation quand elle est jugée nécessaire, mais dénonçant une absence d’augmentation de la taxe foncière pendant 10 ans et le refus obstiné de recourir à l’emprunt, positionnement idéologique ayant entraîné bien des retards dans la réalisation de différents projets et un manque d’ambition pour la ville de façon générale. Au final, nous avions voté contre le budget dans son ensemble pour toutes ces raisons.

Prochaine étape, lors du prochain Conseil Municipal : le 14 décembre prochain sera voté le budget pour 2024. Notre groupe, au vu de ce débat d’orientation budgétaire, ne s‘oriente pas vers un vote positif, c’est certain…

 

Le quartier de la gare, un quartier en devenir…

Le quartier de la gare, un quartier en devenir…

Lors du Conseil municipal de septembre, nous avons voté une délibération qui concernait la convention de partenariat entre l’Université et la ville afin que des étudiants puissent recueillir la vision des habitants et des acteurs locaux sur leur quartier, en l’occurence celui de la gare. Si la démarche, sur la forme, nous a paru intéressante, nous avons exprimé notre étonnement quant à l’intérêt bien tardif porté à ce quartier par l’équipe municipale. Lors de la dernière campagne électorale des Municipales, en 2019, notre groupe avait mené une réflexion sur le sujet, considérant déjà cet espace urbain problématique en matière d’aménagement.

Problématique de par sa situation géographique : pris en étau entre la route de Clisson et la ligne de chemin de fer ainsi que la zone de la Vertonne ; doté d’un accès centre-ville peu pratique du fait du rétrécissement provoqué par la présence d’un tunnel ; enfin, situé en limite de commune.

Sans attendre les résultats de cette enquête, on peut raisonnablement anticiper ce que sont déjà les attentes des habitants en matière de services publics (santé, administration, éducation, petite enfance…), de commerces de proximité, d’espaces de loisirs pour les enfants, d’espaces verts, de développement du lien social, tant le manque d’anticipation sur l’ensemble de ces sujets de la part de la municipalité et de la Métropole paraît flagrant. Manque d’anticipation quand on sait que les premiers logements sont apparus voilà déjà dix ans, que 300 logements sont annoncés dans un futur proche et qu’un dixième de la population vertavienne vient se concentrer dans cet espace.

 

Alors, oui, il est temps d’accélérer cette réflexion afin qu’elle se concrétise dans les faits. Ce quartier possède des atouts essentiels en matière de transport. Il est une zone en devenir où « la vie de quartier » reste à inventer !

Un projet de lycée à Vertou

Emplacement du futur lycée : pourquoi ce choix ? 

L’heure du bilan de mi-mandat bat son plein et la majorité municipale vient défendre son bilan dans les nombreuses réunions publiques. Mais il ne faudrait pas que ces réunions occultent le projet de lycée qui, s’il est nécessaire, questionne nos concitoyens. 

En décembre dernier, l’annonce de la nouvelle implantation du futur lycée avait déjà frappé nombre de nos concitoyens. Pourquoi ce lieu à proximité du parc du Loiry et de la Sèvre ? 

A l’heure où nous écrivons ces lignes, une procédure de concertation préalable du code de l’environnement vient de s’achever, précédant d’autres étapes dont l’enquête publique prévue début 2025. Tout n’est pas décidé et il reste un long parcours avant que les autorisations ne soient délivrées. 

Nous comprenons les interrogations du public car personne n’avait imaginé un tel scénario. Et c’est bien l’emplacement qui questionne ! 

*6ha coincés entre une petite zone humide, la Sèvre et le Parc du Loiry. Pour couronner le tout, la partie basse du terrain est inondable : peut-on prévoir quelle sera la montée des eaux d’ici à 50 ans ? Une dernière interrogation : le Plan de Prévention du Risque Inondation (PPRI) de la Sèvre Nantaise est en cours de révision et peut modifier le regard sur cet espace.

*Un lycée enclavé au bord d’un boulevard fermé par le goulot d’étranglement du pont du Chêne et la traversée du quartier du Chêne. Comment réguler la circulation dans une zone déjà bien dense, pendant les travaux (passage de nombreux camions), mais aussi une fois le lycée ouvert. 

*Des équipements sportifs pas aussi proches que les élus de la majorité veulent nous le faire croire. Ils sont par ailleurs déjà largement sollicités par les deux collèges du centre, les écoles et les associations.Alors pourront-ils absorber 900 lycéens supplémentaires, voire plus ? 

*Enfin, l’implantation en pleine zone naturelle est incompréhensible : une biodiversité importante y réside et il y a une circulation naturelle des espèces de part et d’autre du parc. Même si la qualité du terrain n’est pas remarquable, la municipalité aurait pu faire le choix de la reboiser pour conforter la continuité verte de la vallée de la Sèvre. 

 

Le groupe VerTou’S, Écologie et Solidarités au cœur de la gauche sera évidemment attentif à la suite donnée à ce dossier. 

Arrosage de l’hippodrome : des citoyens surpris !

Chères lectrices et chers lecteurs,

Nous espérons que votre rentrée s’est bien passée, pour les petits et les grands, car, que l’on soit actif ou retraité, notre année est marquée par ce moment important, après des congés bien mérités. Des vacances qui ne sont pas seulement synonymes de repos mais aussi, pour les plus jeunes entre autres, un moment de découverte, d’émancipation, de rencontre de l’autre.

Mais cet été a aussi été marqué par les problèmes climatiques : mégafeux, pluies torrentielles dans différents endroits de la planète et, en même temps (!), vagues de chaleur et canicule. A Vertou, comme l’an dernier, une question est restée prégnante tout l’été : allions nous manquer d’eau car le niveau des fleuves et rivières baissent tous les ans ?

C’est dans ce contexte que nous nous sommes interrogés sur les pratiques d’arrosage de l’hippodrome. Nous sommes tous d’accord pour dire que cette célébration des courses de chevaux le dernier week-end d’août est un plaisir partagé par nombre de Vertaviens (et c’est aussi une découverte pour certain.e.s).

Rien n’est illégal dans cet arrosage puisqu’il est réalisé de nuit et que l’arrêté préfectoral ne l’interdisait pas cette année. Cependant, cela pose la question de l’équité. Beaucoup d’entre nous n’ont pas arrosé leur jardin cet été, avec des fleurs qui ne repousseront pas, des pelouses grillées… par conscience citoyenne, pour ne pas gaspiller, pour économiser l’eau potable. Alors pourquoi seule la pelouse de l’hippodrome devrait être verte pour seulement deux jours d’utilisation ?

Quoi qu’on en dise, la question est légitime, et nombre de citoyens se sont montrés surpris par cet arrosage !

Alors, anticipons, dès cette rentrée, la question de l’arrosage pour l’été prochain car, ne nous faisons pas d’illusions, c’est un problème qui ne fait que commencer et que nous ne pouvons plus ignorer.

BONNE RENTRÉE !!

En cette rentrée scolaire, nous nous devions de revenir sur les réunions publiques qui ont permis à un certain nombre de citoyens de s’exprimer sur le bilan de mi-mandat. Nous sommes heureux de voir les questions environnementales occuper une place importante dans l’esprit de nos concitoyens, au même titre que le rayonnement de la ville, en espérant que l’expression « favoriser la mixité sociale », dans l’esprit de notre maire, ne soit pas qu’un simple effet de communication. Refuser le retour d’un camping municipal dans notre ville, voici déjà les limites de l’exercice… Les études du second tronçon de la Route du Vignoble ont démarré, espérons une bonne place pour les mobilités durables.

Comment ne pas s’étonner également de l’absence de Beautour dans ce bilan. Beautour, une centralité réaffirmée ? Nous peinons à comprendre ce projet inscrit dans le Plan stratégique, pour l’instant bien peu visible. Hormis l’acquisition de biens immobiliers par la commune, ce sont surtout les initiatives de citoyen.ne.s (projet autour de la pharmacie et animation de la Cale par une association) qui ont permis à ce quartier d’avancer un peu. Espérons que les années futures se traduiront par des actes concrets, notamment en matière de déplacement et d’aménagement.

Autre retour sur l’actualité vertavienne, un nouveau groupe scolaire et le choix de sa dénomination, Simone Veil. Nous nous félicitons de ce choix, nous rappelant tout particulièrement du vote de la loi sur l’IVG rendu possible grâce aux voix des députés de gauche de l’époque. Choix d’autant plus difficile quand les noms de deux femmes prestigieuses, Rosa Parks et Simone Veil, qui ont lutté toute leur vie pour leurs droits, pour ceux des minorités, pour le bien commun, deux humanistes, militantes politiques engagées, combattantes infatigables, étaient mis « en concurrence ».

Longue vie au groupe scolaire Simone Veil !

L’occasion, enfin, de vous souhaiter une bonne rentrée scolaire à toutes et tous.

 

CONSEIL MUNICIPAL DU 13 JUILLET

Prochain Conseil municipal jeudi 13 juillet de 18 à 19 heures

Conseil exceptionnel dédié à la signature des marchés de travaux relatifs à la construction du futur groupe scolaire Simone Weil

 

Question orale du groupe VerTou’S

Le groupe VerTou’S interrogera le maire au sujet de l’installation d’une nouvelle antenne dans le quartier de l’Herbray.

Monsieur le Maire,

nous avons appris par la presse (Presse Océan du 22/06/2023) le projet d’installation d’une antenne relais Free d’une hauteur de 36 m sur un terrain privé dans le quartier d’Herbray. Par la même occasion, nous avons découvert l’existence d’un collectif d’habitants qui s’oppose à ce projet.

Au delà des questions que posent ce type d’installation en terme de santé publique (antenne à moins de 200m des premières habitations)et d’aménagement (un espace paysagé protégé), nous aimerions connaître les raisons qui vous ont motivé à accorder ce permis de construire.

D’autre part, étant donné l’impact direct d’un tel projet sur l’environnement proche, pourquoi ne pas avoir mieux informé les habitants concernés ?

 

Violences contre les élu.e.s

STOP à la VIOLENCE PHYSIQUE et MORALE CONTRE LES ÉLU.E.S

Notre groupe était présent le 24 mai dernier à Saint-Brévin pour la marche en soutien au maire de la ville. Il était important pour nous de participer à ce rassemblement tant la situation était inadmissible et préoccupante : un maire attaqué par l’extrême-droite. Un maire qui a finalement démissionné après avoir vu sa maison incendiée.

Le 9 juin dernier, lors du Conseil municipal de Vertou, nous avons voté une motion de soutien au maire de Saint-Brévin.

Or, nous regrettons vivement que M. le Maire de Vertou ait refusé de rajouter le terme « extrême-droite » à celui d’« opposants» pour le qualifier.

Certes, les maires et élus sont de plus en plus attaqués par certains de nos concitoyens mais des attaques venant de l’extrême-droite sont à pointer car ces attaques ne sont pas anodines : elles ne sont pas des actes isolés ; elles sont les marques d’un système cherchant à faire peur. Elles sont le début d’un lent glissement vers l’autoritarisme.

Il ne s’agit pas de liberté d’expression comme a pu le soutenir le sous-préfet contacté à multiples reprises par le maire de Saint-Brévin.

La démocratie se vit au quotidien et nous devons toujours penser que nous pouvons vivre en paix dans nos communes.

Depuis ce conseil municipal, le dimanche 11 juin, Monsieur le Maire de Vertou a été molesté par deux personnes qui souhaitaient s’installer sur un terrain.

Nous lui apportons notre soutien : toute violence est à proscrire.